[Debian Wheezy] Spamassassin prend son temps! avec un DNSBL qui ne répond plus…

Après une installation classique d’un serveur SMTP (sur une Wheezy avec les paquets actuels) avec (donc) Postfix 2.9.6-2, Amavis-new 1:2.7.1-2, Clamav 0.97.8+dfsg-1 et Spamassassin 3.3.2 (+pyzor/razo2/DCC), je me rends compte que les messages mettent plus de 4 secondes avant d’être délivrés (de façon asynchrone tout de même)..

En mode Debug on peut voir les pourcentages du temps passé pour les traitements antispam et antivirus :

Feb 13 15:29:28 mailhost postfix/smtp[4184]: 2CA41A075B:
to=<arnaud.lenorcy@mydomain.com>, relay=127.0.0.1[127.0.0.1]:10024,
delay=4.6, delays=0.31/0.01/0.01/4.3, dsn=2.0.0, status=sent (250 2.0.0 from
MTA(smtp:[127.0.0.1]:10025): 250 2.0.0 Ok: queued as 88F7AA0A72)
Feb 13 15:29:28 mailhost amavis[4167]: (04167-01) size: 1244, TIMING [total 4270
ms] - SMTP greeting: 11 (0%)0, SMTP EHLO: 2 (0%)0, SMTP pre-MAIL: 2 (0%)0,
mkdir tempdir: 2 (0%)0, create email.txt: 0 (0%)0, SMTP pre-DATA-flush: 5
(0%)0, SMTP DATA: 33 (1%)1, check_init: 1 (0%)1, digest_hdr: 1 (0%)1,
digest_body: 1 (0%)1, mkdir parts: 4 (0%)1, mime_decode: 12 (0%)2,
get-file-type1: 17 (0%)2, parts_decode: 0 (0%)2, check_header: 1 (0%)2,
AV-scan-1: 11 (0%)2, spam-wb-list: 2 (0%)2, SA parse: 7 (0%)3, SA check:
4010 (94%)97, decide_mail_destiny: 13 (0%)97, notif-quar: 1 (0%)97,
fwd-connect: 19 (0%)97, fwd-mail-pip: 34 (1%)98, fwd-rcpt-pip: 1 (0%)98,
fwd-data-chkpnt: 0 (0%)98, write-header: 1 (0%)98, fwd-data-contents: 0
(0%)98, fwd-end-chkpnt: 43 (1%)99, prepare-dsn: 1 (0%)99, main_log_entry: 29
(1%)100, update_snmp: 3 (0%)100, SMTP pre-response: 1 (0%)100, SMTP
response: 1 (0%)100, unlink-1-files: 0 (0%)100, rundown: 1 (0%)100

Ce qui prend du temps c’est le SA check !

En lançant amavis en mode debug :

amavisd-new debug

.. on se rend compte qu’il s’agit d’une tentative d’accès à un DNSBL qui n’aboutit pas! Il s’agit de dnsbl.njabl.org qui est OFFLINE depuis Mars 2013. Au bout d’environ 4 secondes un timeout arrêtait tout de même la recherche..

Le fichier /usr/share/spamassassin/20_dnsbl_tests.cf contient les références à ce DNSBL :

# See the Mail::SpamAssassin::Conf manual page for details of how to use
# check_rbl().

# ---------------------------------------------------------------------------
# Multizone / Multi meaning BLs first.
#
# Note that currently TXT queries cannot be used for these, since the
# DNSBLs do not return the A type (127.0.0.x) as part of the TXT reply.
# Well, at least NJABL doesn't, it seems, as of Apr 7 2003.

# ---------------------------------------------------------------------------
# NJABL
# URL: http://www.dnsbl.njabl.org/

header __RCVD_IN_NJABL          eval:check_rbl('njabl', 'combined.njabl.org.')
describe __RCVD_IN_NJABL        Received via a relay in combined.njabl.org
tflags __RCVD_IN_NJABL          net
reuse  __RCVD_IN_NJABL

header RCVD_IN_NJABL_RELAY      eval:check_rbl_sub('njabl', '127.0.0.2')
describe RCVD_IN_NJABL_RELAY    NJABL: sender is confirmed open relay
tflags RCVD_IN_NJABL_RELAY      net
reuse  RCVD_IN_NJABL_RELAY

# NJABL DUL: obsoleted by PBL (bug 5187)

header RCVD_IN_NJABL_SPAM       eval:check_rbl_sub('njabl', '127.0.0.4')
describe RCVD_IN_NJABL_SPAM     NJABL: sender is confirmed spam source
tflags RCVD_IN_NJABL_SPAM       net
reuse  RCVD_IN_NJABL_SPAM

header RCVD_IN_NJABL_MULTI      eval:check_rbl_sub('njabl', '127.0.0.5')
describe RCVD_IN_NJABL_MULTI    NJABL: sent through multi-stage open relay
tflags RCVD_IN_NJABL_MULTI      net
reuse  RCVD_IN_NJABL_MULTI

header RCVD_IN_NJABL_CGI        eval:check_rbl_sub('njabl', '127.0.0.8')
describe RCVD_IN_NJABL_CGI      NJABL: sender is an open formmail
tflags RCVD_IN_NJABL_CGI        net
reuse  RCVD_IN_NJABL_CGI

header RCVD_IN_NJABL_PROXY      eval:check_rbl_sub('njabl', '127.0.0.9')
describe RCVD_IN_NJABL_PROXY    NJABL: sender is an open proxy
tflags RCVD_IN_NJABL_PROXY      net
reuse  RCVD_IN_NJABL_PROXY

Pour éviter ce DNSBL j’ai rajouté de ces quelques lignes dans /etc/spamassassin/local.cf :

score   __RCVD_IN_NJABL 0
score   RCVD_IN_NJABL_RELAY 0
score   RCVD_IN_NJABL_SPAM 0
score   RCVD_IN_NJABL_MULTI 0
score   RCVD_IN_NJABL_CGI 0
score   RCVD_IN_NJABL_PROXY 0

voilà il n’y a plus cette latence de 4 secondes par message!

Le lien suivant décrit comment mieux paramétrer ces DNSBL :
http://wiki.apache.org/spamassassin/DnsBlocklists

Pour éviter tous les DNSBL, on pourrait mettre ça dans /etc/spamassassin/local.cf :

skip_rbl_checks  1

Avec une version >= 3.4 de Spamassassin, pour éviter simplement le DNSBL njabl.org, on pourrait mettre ceci dans /etc/spamassassin/local.cf :

dns_query_restriction deny njabl.org

A priori, pour qu’il y ait encore moins de latence, il vaudrait mieux avoir un cache dns en local sur le serveur SMTP :
http://wiki.apache.org/spamassassin/CachingNameserver

Pour ça, sur la Debian Wheezy, il suffit simplement d’installer BIND9 :

apt-get update
apt-get install bind9

.. et la configuration par défaut suffit!

[Debian Wheezy] Surveille ta mailq!

Voici comment superviser simplement la mailq de votre serveur SMTP (Postix par exemple).

Installer le serveur snmp :

apt-get install snmpd

Rajouter dans /etc/snmp/snmpd.conf (w.x.y.z est l’IP du serveur de supervision) les 2 lignes suivantes :

rocommunity public w.x.y.z
extend mailqstats /etc/snmp/mailqstats.sh

Vous pouvez changer le community « public » pour un tout autre nom…

Créer le fichier /etc/snmp/mailqstats.sh affichant le nombre de courriel de la mailq :

#!/bin/bash
mailq | tail -n 1 | awk '{if (NF > 4) {print $5} else {print 0}}'

Permettre l’exécution du fichier :

chmod +x /etc/snmp/mailqstats.sh

Dans /etc/hosts.allow, rajouter une autorisation d’accès pour votre serveur de supervision :

snmpd: w.x.y.z

Depuis votre serveur de supervision, lancer un snmpget :

snmpget -v2c -c public gretchen 1.3.6.1.4.1.8072.1.3.2.4.1.2.10.109.97.105.108.113.115.116.97.116.115.1
iso.3.6.1.4.1.8072.1.3.2.4.1.2.10.109.97.105.108.113.115.116.97.116.115.1 = STRING: "104"

On a 104 mail dans la mailq!

Utiliser centreon pour superviser et grapher automatiquement cette mailq avec le service générique check_centreon_snmp_value!

[BSD] invité OpenBSD 5.4 sur un hôte KVM

Création du volume logique :

# lvcreate -n musclor -L50G virtvol 
Logical volume "musclor" created 

Téléchargement de l’ISO :

# cd /isos/
# wget http://mirrors.ircam.fr/pub/OpenBSD/5.4/amd64/install54.iso

Installation avec virt-install :

#  virt-install --name=musclor --ram=4096 --vcpus=2 --disk path=/dev/virtvol/musclor,bus=virtio --vnc --cdrom=/isos/install54.iso --os-type=unix --os-variant=openbsd4 --network=bridge:br0,model=virtio --hvm --keymap=fr

Attention : pour bénéficier de virtio, il est indispensable de l’indiquer explicitement!

Pour connaître la liste des os-variant :

virt-install --os-variant list 

Affichage du noyau :

# uname -a 
OpenBSD musclor 5.4 GENERIC#37 amd64 

Ce con, pourquoi ne m’a t’il pas chargé le noyau MP ? (en même temps j’avais dû cocher moi-même « BSD.MP » à l’installation alors qu’il aurait dû savoir de lui même qu’il y avait plus d’un processeur vus les paramètre du virt-install)..

On le fait charger le noyau MP :

# cd /
# cp /bsd /bsd.sp
# cp bsd.mp /bsd
# sync
# reboot

Après reboot, c’est mieux :

# uname -a                                                                                                           
OpenBSD musclor 5.4 GENERIC.MP#41 amd64 

Voici les information issues de « dmesg » :

# dmesg | grep cpu 
acpicpu0 at acpi0
cpu0 at mainbus0: apid 0 (boot processor)
cpu0: QEMU Virtual CPU version 1.1.2, 2400.39 MHz
cpu0: FPU,DE,PSE,TSC,MSR,PAE,MCE,CX8,APIC,SEP,MTRR,PGE,MCA,CMOV,PAT,PSE36,CFLUSH,MMX,FXSR,SSE,SSE2,SSE3,CX16,POPCNT,NXE,LONG,LAHF
cpu0: 64KB 64b/line 2-way I-cache, 64KB 64b/line 2-way D-cache, 512KB 64b/line 16-way L2 cache
cpu0: ITLB 255 4KB entries direct-mapped, 255 4MB entries direct-mapped
cpu0: DTLB 255 4KB entries direct-mapped, 255 4MB entries direct-mapped
cpu0: smt 0, core 0, package 0
cpu0: apic clock running at 1000MHz
cpu at mainbus0: not configured
cpu0 at mainbus0: apid 0 (boot processor)
cpu0: QEMU Virtual CPU version 1.1.2, 2400.36 MHz
cpu0: FPU,DE,PSE,TSC,MSR,PAE,MCE,CX8,APIC,SEP,MTRR,PGE,MCA,CMOV,PAT,PSE36,CFLUSH,MMX,FXSR,SSE,SSE2,SSE3,CX16,POPCNT,NXE,LONG,LAHF
cpu0: 64KB 64b/line 2-way I-cache, 64KB 64b/line 2-way D-cache, 512KB 64b/line 16-way L2 cache
cpu0: ITLB 255 4KB entries direct-mapped, 255 4MB entries direct-mapped
cpu0: DTLB 255 4KB entries direct-mapped, 255 4MB entries direct-mapped
cpu0: smt 0, core 0, package 0
cpu0: apic clock running at 1000MHz
cpu1 at mainbus0: apid 1 (application processor)
cpu1: QEMU Virtual CPU version 1.1.2, 2400.14 MHz
cpu1: FPU,DE,PSE,TSC,MSR,PAE,MCE,CX8,APIC,SEP,MTRR,PGE,MCA,CMOV,PAT,PSE36,CFLUSH,MMX,FXSR,SSE,SSE2,SSE3,CX16,POPCNT,NXE,LONG,LAHF
cpu1: 64KB 64b/line 2-way I-cache, 64KB 64b/line 2-way D-cache, 512KB 64b/line 16-way L2 cache
cpu1: ITLB 255 4KB entries direct-mapped, 255 4MB entries direct-mapped
cpu1: DTLB 255 4KB entries direct-mapped, 255 4MB entries direct-mapped
cpu1: smt 0, core 0, package 1

[BSD] KVM, virtio et FreeBSD 9.1

Sur une installation de FreeBSD 9.1 (plutôt lente!) sur une VM KVM… voici comment utiliser virtio :

# pkg_add http://people.freebsd.org/~kuriyama/virtio/9.1/virtio-kmod-9.1-0.250249.tbz
Fetching http://people.freebsd.org/~kuriyama/virtio/9.1/virtio-kmod-9.1-0.250249.tbz... Done.

vérifier les mises à jour : http://people.freebsd.org/~kuriyama/virtio/9.1/

A l’issue de l’installation, les indications sont clairement affichés.. à savoir (en français) :

création du fichier /boot/loader.conf avec dedans :

virtio_load="YES"
virtio_pci_load="YES"
virtio_blk_load="YES"
if_vtnet_load="YES"
virtio_balloon_load="YES"

modification de /etc/fstab /etc/rc.conf :

# sed -i.bak -Ee 's|/dev/ada?|/dev/vtbd|' /etc/fstab
# echo 'ifconfig_vtnet0_name="re0"' >> /etc/rc.conf

On stoppe la FreeBSD

# halt -p

… et voici les changements à faire dans le fichier xml de la vm (virsh edit ma_vm) :

-      <target dev='hda' bus='ide'/>
-      <address type='drive' controller='0' bus='0' unit='0'/>
+      <target dev='vda' bus='virtio'/>
+      <address type='pci' domain='0x0000' bus='0x00' slot='0x05' function='0x0'/>
...
-      <model type='e1000'/>
+      <model type='virtio'/>

puis sur l’hôte :

# virsh start ma_vm

Openldap sur debian squeeze : autoremove des logs bdb

Sachant que les bases sont situées dans /var/lib/ldap, rajoutez dans /var/lib/ldap/DB_CONFIG de :

set_flags DB_LOG_AUTOREMOVE

D’ailleurs voici un exemple de contenu pour ce fichier :

/var/lib/ldap# cat DB_CONFIG 
set_cachesize 0 2097152 0
set_lk_max_objects 1500
set_lk_max_locks 1500
set_lk_max_lockers 1500
set_flags DB_LOG_AUTOREMOVE

Installation d’outils de gestion des bases bdb :

# aptitude install db4.8-util
Les NOUVEAUX paquets suivants vont être installés : 
  db4.8-util 
0 paquets mis à jour, 1 nouvellement installés, 0 à enlever et 0 non mis à jour.
Il est nécessaire de télécharger 134 ko d'archives. Après dépaquetage, 446 ko seront utilisés.
Prendre : 1 http://ftp.lip6.fr/pub/linux/distributions/debian/ squeeze/main db4.8-util amd64 4.8.30-2 [134 kB]
 134 ko téléchargés en 0s (2 034 ko/s)
Sélection du paquet db4.8-util précédemment désélectionné.
(Lecture de la base de données... 23452 fichiers et répertoires déjà installés.)
Dépaquetage de db4.8-util (à partir de .../db4.8-util_4.8.30-2_amd64.deb) ...
Traitement des actions différées (« triggers ») pour « man-db »...
Paramétrage de db4.8-util (4.8.30-2) ...

Pour voir les logs inutiles :

# cd /var/lib/ldap
/var/lib/ldap# db4.8_archive
log.0000000001
log.0000000002
log.0000000003
log.0000000004
log.0000000005
log.0000000006
log.0000000007

Pour supprimer les archives inutiles :

# db4.8_archive -d

Il est donc possible de planifier cette tâche! Si on ne souhaite pas positionner le flag DB_LOG_AUTOREMOVE

Commandes issues du paquet db4.8-util :

db4.8_archive
db4.8_deadlock
db4.8_hotbackup
db4.8_printlog
db4.8_sql
db4.8_upgrade     
db4.8_checkpoint
db4.8_dump
db4.8_load
db4.8_recover
db4.8_stat
db4.8_verify

DD, LVM et KVM… en vrac

Quelques trucs en vrac…

simple sauvegarde de VM (volume logique) avec dd

liste des volumes logiques :

# lvs
  LV         VG      Attr   LSize Origin Snap%  Move Log Copy%  Convert
  maja       virtvol -wi-a- 8,00g                                      
  maja-swap  virtvol -wi-a- 2,00g                                      
  raton      virtvol -wi-ao 8,00g                                      
  raton-swap virtvol -wi-ao 1,00g   

copie :

# dd if=/dev/virtvol/maja of=maja.bak bs=512K

restauration :

# dd if=maja.bak of=/dev/virtvol/maja bs=512K

copie avec compression :

# dd if=/dev/virtvol/maja bs=512K | gzip -c9 > maja.gzip

restauration :

# gzip -dc maja.gzip | dd of=/dev/virtvol/maja bs=512K

pour avoir une jauge, on peut utiliser pv :

# aptitude install pv

copie avec compression (+jauge) :

# dd if=/dev/virtvol/maja bs=512K | pv -s 8G | gzip -c9 > maja2.gzip
16384+0 enregistrements lus==================================> ] 99% ETA 0:00:01
16384+0 enregistrements écrits
   8GO 0:05:20 [25,5MB/s] [==================================>] 100%            8589934592 octets (8,6 GB) copiés
, 320,776 s, 26,8 MB/s

quelques commandes

Cette commande valide la dispostion de la machine hôte a bénéficier de la virtualisation avec kvm :

# kvm-ok 
INFO: /dev/kvm exists
KVM acceleration can be used

La commande kvm_stat nous fournit un ensemble de stats :

kvm statistics

 kvm_exit                                      7409     398
 kvm_entry                                     7409     398
 kvm_mmio                                      4890     256
 kvm_emulate_insn                              3305     174
 kvm_userspace_exit                            2809     147
 kvm_apic                                      2499     138
 vcpu_match_mmio                               2217     114
 kvm_inj_virq                                  2015     111
 kvm_apic_accept_irq                           2015     111
 kvm_pio                                        606      33
 kvm_fpu                                         44       0
 kvm_cr                                          14       0
 kvm_age_page                                    47       0
 kvm_page_fault                                  10       0
 kvm_set_irq                                      4       0
 kvm_pic_set_irq                                  4       0
 kvm_ioapic_set_irq                               4       0
 kvm_ack_irq                                      2       0
 kvm_exit(HLT)                                    1       0
 kvm_exit(APIC_ACCESS)                            1       0
 kvm_exit(EPT_MISCONFIG)                          1       0

utilisation de virt-clone

# lvs
  LV         VG      Attr   LSize Origin Snap%  Move Log Copy%  Convert
  maja       virtvol -wi-a- 8,00g                                      
  maja-swap  virtvol -wi-a- 2,00g                                      
# lvcreate -L 8G -n maja2 virtvol
# lvcreate -L 2G -n maja2-swap virtvol

# virt-clone --original maja --name maja2 --file /dev/virtvol/maja2 --file /dev/virtvol/maja2-swap --prompt
Copie de maja                                                                  | 8.0 GB     02:42     
Copie de maja-swap                                                             | 2.0 GB     00:40     

Le clone « maja2 » est créé avec succès.

migration de VM avec libvirt

L’idée est de réaliser une migration à chaud de la VM maja vers un hôte distant :
*** faire une sauvegarde de la VM (avec le stockage!) avant ***

Lien vers la documentation officielle : http://libvirt.org/migration.html

Utilisation de la commande « migrate » :

$ virsh
Welcome to virsh, the virtualization interactive terminal.
 
Type:  'help' for help with commands
       'quit' to quit

virsh # help migrate
  NOM
    migrate - migrer un domaine vers un autre hôte

  SYNOPSIS
    migrate [--live] [--p2p] [--direct] [--tunnelled] [--persistent] [--undefinesource] [--suspend] [--copy-storage-all] [--copy-storage-inc] [--change-protection] [--verbose]   [] [] [--timeout ] [--xml ]

  DESCRIPTION
    Migrer un domaine vers un autre hôte. Ajouter « --live » pour une migration pendant l'exécution.
virsh # exit

Phase « avant » la migration :

machine locale # virsh list
 ID Nom                  État
----------------------------------
  9 maja                 en cours d'exécution

On sauvegarde le domaine (par précaution) :

machine locale # virsh dumpxml 9 > maja.xml

Le stockage de la VM doit être aussi accessible depuis l’hôte distante (c’est à dire l’hôte cible)! D’ailleurs ne pas oublier de faire une sauvegarde du stockage..

Migration :

machine locale # virsh migrate --live --persistent maja qemu+ssh://machine-distante/system

Attention, dans cette configuration simpliste, il est nécessaire que l’on puisse accéder à la machine distante en SSH ave l’utilisateur root… voir plus bas pour savoir comment éviter ça…

Une fois migrée, on peut lister les VM sur l’hôte distante depuis la machine locale :

machine locale # virsh -c qemu+ssh://machine-distante/system list 
 ID Nom                  État
----------------------------------
  10 maja                 en cours d'exécution
machine locale #

Si on avait voulu migrer le stockage, je n’ai pas d’autre solution que d’utiliser dd (voir les commandes au dessus). Avant de faire une restauration sur l’hôte cible, on prépare l’emplacement des disques (identique à la machine locale) :

# lvcreate -L 8G -n maja virtvol
# lvcreate -L 2G -n maja-swap virtvol

Puis, toujours sur la machine distante, on commence la création de la VM de la même façon que la VM que l’on va cloner (sans aller jusqu’au bout) :

# virt-install --name=maja --ram=2048 --vcpus=2 --disk path=/dev/virtvol/maja --disk path=/dev/virtvol/maja-swap --vnc --cdrom=/isos/debian-6.0.4-amd64-netinst.iso --os-type=linux --os-variant=debianSqueeze --network=bridge:br0 --hvm --keymap=fr

Ou bien on peut la créer à partir du dump de la configuration faite précédemment :

machine locale # virsh dumpxml 9 > maja.xml
machine distante # virsh create maja.xml

surveillance des performances

# apt-get install virt-top

gestion graphique

alenorcy@machine-desktop:$ sudo apt-get install virt-manager

Sur l’hôte distant, ajout de l’utilisateur alenorcy au groupe libvirtd :

# adduser alenorcy libvirtd

à noter (pour un retour en arrière) : pour retirer un utilisateur d’un groupe, on peut utiliser vigr (avec l’option -s pour /etc/shadow) :

# groups alenorcy
alenorcy : alenorcy adm cdrom sudo dip plugdev lpadmin sambashare libvirtd
# vigr 
Vous avez modifié /etc/group.
Pour des raisons de cohérence, vous devriez modifier /etc/gshadow.
Veuillez utiliser la commande « vigr -s » pour le faire.
# vigr -s
Vous avez modifié /etc/gshadow.
Pour des raisons de cohérence, vous devriez modifier /etc/group.
Veuillez utiliser la commande « vigr » pour le faire.
# groups alenorcy
alenorcy : alenorcy adm cdrom sudo dip plugdev lpadmin sambashare

mécanisme permettant la connexion ssh automatique (sans passphrase)

alenorcy@machine-locale:$ ssh-keygen -t rsa
alenorcy@machine-locale : cat ~/.ssh/id_dsa.pub | ssh machine-distante "cat - >> ~/.ssh/authorized_keys"

On lance l’interface :

alenorcy@machine-locale:$ virt-manager &

Attention, virt-manager (en tous les cas ma version cf ci-dessous) ne permet le clonage a priori que pour des VM de type « fichier » (et non des volumes logiques).. certainement par ce qu’il doit utiliser l’option –auto-clone..

La version de virt-manager sur Ubuntu 12.04 LTS :

dpkg -l | grep virt-manager
ii  virt-manager                                                0.9.1-1ubuntu5.1                            desktop application for managing virtual machines

Copie par le réseau avec netcat et dd

Sur le slave :

nc -l -p 10000 | dd of=/dev/sda

Sur le master :

dd if=/dev/sda | nc 192.168.0.2 10000

Purger la mailq de Postfix

Pour vider TOUTE la mailq :

postsuper -d ALL

Pour vider la mailq des messages d’un expéditeur particulier :

1. Récupérer les id_queue des messages de l’expéditeur exemple@adresse.email dans un fichier temporaire (avirer.txt) :

mailq | grep exemple@adresse.email | tr -s "    " " " | cut -d" " -f1 > avirer.txt

2. Lancer ensuite un petit script bash pour effacer tous les messages de cet expéditeur :

for line in $(cat avirer.txt);
do
postsuper -d $line
done

rsync et baie NAS Synology

Sur le NAS (Synology DS210j), le service sauvegarde réseau est activé (Menu principal > Sauvegarder et restaurer > Sauvegarde réseau).

Synchronisation de ma partition NTFS vers le NAS :

time rsync --del -v -a --timeout=600 /media/partage/ root@192.168.0.9::NetBackup

[Ubuntu 12.04] Ecran tactile et Nautilus

L’écran tactile de mon PC Dell Inspiron One 2320 est mal géré par Nautilus.. La conséquence est que de temps en temps le double clic ne fonctionne plus au niveau du gestionnaire de fichiers…

N’ayant rien trouvé pour corriger ça, le plus simple dans un premier temps.. c’est de désactiver l’écran tactile! C’est radical.. mais de toute façon, pour l’instant, je n’ai pas vraiment l’utilité de l’écran tactile.

Éditer ce fichier :

/usr/share/X11/xorg.conf.d/10-evdev.conf

Et mettre l’attribut MatchIsTouchscreen à off comme ceci :

Section "InputClass"
        Identifier "evdev touchscreen catchall"
        MatchIsTouchscreen "off"
        MatchDevicePath "/dev/input/event*"
        Driver "evdev"
EndSection

Et on redémarre la machine! (ou seulement xorg)

Nautilus 3.4.2
Ubuntu 12.04
Linux girafe 3.2.0-29-generic #46-Ubuntu SMP Fri Jul 27 17:03:23 UTC 2012 x86_64 x86_64 x86_64 GNU/Linux

webacula ou bacula-web?

webacula ou bacula-web?

-> voir les caractéristiques de webacula
-> voir les caractéristiques de bacula-web

bacula-web est une interface web « intégrée » au projet bacula alors que webacula est à part…

A noter que Bacula est bien installé sur la debian squeeze avec les paquets suivants :

bacula:~# dpkg -l | grep bacula
ii  bacula                             5.0.2-2.2                   network backup, recovery and verification - meta-package
ii  bacula-client                      5.0.2-2.2                   network backup, recovery and verification - client meta-package
ii  bacula-common                      5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - common support files
ii  bacula-common-mysql              5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - SQLite v3 common files
ii  bacula-console                     5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - text console
ii  bacula-director-common             5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - Director common files
ii  bacula-director-mysql            5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - SQLite 3 storage for Director
ii  bacula-fd                          5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - file daemon
ii  bacula-sd                          5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - storage daemon
ii  bacula-sd-mysql                  5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - SQLite 3 SD tools
ii  bacula-server                      5.0.2-2.2                   network backup, recovery and verification - server meta-package
ii  bacula-traymonitor                 5.0.2-2.2+b1                network backup, recovery and verification - tray monitor

Webacula
Je suis le tuto :
http://www.java-tutorial.ch/ubuntu/webacula-installation-on-ubuntu

Bacula-web
Je suis l’installation :
http://www.bacula.org/2.4.x-manuals/bacula-web/Installation.html

TESTS EN COURS…

Résultat: en bacula-web n’est qu’un affichage (ou qu’une « vue ») sans grande fonctionnalité… alors que webacula est beaucoup plus riche. D’ailleurs on a accès la console par le navigateur… et ça je trouve que c’est pratique!